L’hiver selon l’Ayurveda

Une saison, un fruit : l’hiver selon l’Ayurveda,

Si l’Inde connaît trois périodes climatiques, l’Âyurveda reconnait six saisons, d’une durée de deux mois chacune. Je vais évoquer la saison froide, car nous venons d’y entrer depuis la mi-novembre.

Hemanta, la saison froide, est la 6e saison, elle s’écoule de la mi-novembre à la mi-janvier et marque l’entrée dans l’hiver. C’est une saison qui apporte un sentiment d’attachement et de dignité, de la gravité à l’esprit qui devient austère.

Elle est en correspondance avec les éléments Feu et Eau, le dosha Pitta et les périodes horaires 22 h 30 – 3 heures. L’énergie est claire, lourde, froide, humide et lente, ce qui fait que le corps se refroidit, s’alourdit et craint l’humidité.

Pour faire face à cette période saisonnière, l’Âyurveda conseille de ne pas surcharger le corps en eau, c’est-à-dire éviter d’absorber trop d’éléments liquides afin de ne pas blesser l’énergie de la Rate (très sensible à l’humide) ainsi que celle du côlon. Ainsi pas d’ablution prolongée ni d’onction huileuse excessive, de nourriture de qualité froide (crue) en excès ni de longues sorties par temps froid, pluvieux et brumeux.

En nutrition, les saveurs acide, salée et sucrée sont plus particulièrement recommandées à cette saison afin de soutenir le corps dans ses efforts métaboliques. Vous trouverez ces trois saveurs dans les produits suivants :

La saveur acide : abricot, agrumes, ananas, figue, fromage, grenade, (chair), mélisse, moutarde noire, noix de coco, pomme, pomme de terre, raisin blanc, tamarin, tomate, yaourt.

La saveur salée : ail (extrémité), algues, curcuma, fenouil, moutarde noire, poissons et fruits de mer, sels.

La  saveur sucrée (douce) : abricot, ail (graines), amande, ananas, anis vert, avoine, badiane, banane, basilic, betterave, blé, cannelle, cardamome, citron vert, concombre, coriandre (feuilles), clou de girofle, céleri, datte, figue, fromage, gingembre, ghee, grenade, haricots secs, lentilles, maïs, mandarine, mangue, melon, menthe, miel, millet, muscade, nigelle, noix, noix de cajou, noix de coco, tous les laits, oeuf, orange, orge, pamplemousse, papaye, pêche, piment (poivre de Calicut), pistache, poire, poivre noir, pomme, pomme de terre, prune, raisin blanc, riz, sarrasin, seigle, sésame, soja, tamarin, toutes les viandes.

La figue:

https://ayurvedamagazine.files.wordpress.com/2015/12/08197b18a29c9c8aaaf5c517b13eb253.jpg?w=428&h=604

La figue fait partie des fruits sacrés en Inde car son arbre, le figuier banian, est l’arbre de vie, renversé, racines vers le ciel, cime contre terre, à l’image de l’enfant qui vient au monde.

Ses propriétés thérapeutiques 

Très nutritive, antioxydante de qualité, c’est une excellente reconstituante de l’organisme, Grâce à sa richesse en minéraux, elle est très reminéralisante, rétablissant ainsi l’équilibre alimentaire interne, et restaure l’activité métabolique. Elle disperse les humeurs de Vâta et de

Pitta, rééquilibrant les éléments Air et Feu au sein de l’être.

Neurosédative, elle adoucit les souffrances provenant d’un chagrin intérieur ancien, d’un sentiment de solitude non acceptée, d’une rupture passée. La tendresse de sa chair, son énergie fraîche et sa saveur douce viennent alléger les peines intérieures et les douleurs émotionnelles. Lénifiante et réconfortante, elle atténue le sentiment de tristesse en apportant ferveur, confiance et aisance. Elle diminue la chaleur corporelle souvent excessive (bouffées de chaleur) chez Pitta, en réajustant le feu interne, dissolvant les flambées psychiques et les états inflammatoires. Elle délie l’âme des liens subtils nocifs, l’esprit des attachements matériels, et le corps de la pesanteur.

La présence importante des différentes vitamines B fait de la figue une excellente protectrice des micro-vaisseaux sanguins : elle purifie le sang tout en activant la circulation sanguine.

Elle dissémine aisément les toxines grâce à l’abondance des nutriments qu’elle comporte. Son action, à la fois tonifiante, diurétique et émolliente, l’apparente à la datte, au raisin et au jujube.

Laxative, elle régule le processus d’élimination du corps,  surtout au niveau de l’accumulation des mucosités situées sur les parois du tube digestif et du tractus gastro-intestinal. Elle améliore de façon très nette la digestion, favorise le transit intestinal et dissipe l’inertie inhérente à Kapha.

Pectorale, elle dégage les voies respiratoires et ses propriétés cicatrisantes apaisent les irritations pulmonaires car c’est un puissant anti-inflammatoire des muqueuses. Elle possède également une action antitussive intéressante qui permet de dissoudre les sécrétions contenues dans les bronches.

Son mode d’utilisation

Le fruit séché, réduit en poudre : en décoction, 5 à 10 g par jour.

Le fruit frais. En jus. En pâte, en sirop, en confiture, en compote.

Sylvie Verbois

Source : http://ayurveda-magazine.com/2015/12/02/une-saison-un-fruit-lhiver-selon-layurveda-par-sylvie-verbois/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s